parallax background

Normandie. Cuisiner : un acte militant !

Une semaine sans malbouffe !
1 mars 2018
Pourquoi manger bio ?
2 mars 2018

Normandie. Cuisiner : un acte militant !

Une pêche d’enfer, une cuisine aux petits oignons, à 21 ans, la Viroise Natacha Morin, vient de remporter le 2e Prix de la deuxième édition des Trophées BIO des Jeunes Chefs, le 23 mai dernier à l’École française de gastronomie Ferrandi-Paris.

Ce concours national professionnel, organisé par l’Agence BIO, invite les jeunes Chefs, de 18 à 24 ans à créer une recette composée uniquement de produits issus de l’agriculture biologique. Parmi une cinquantaine de dossiers reçus, seulement trois finalistes ont pu soumettre leur plat au jury. Particulièrement sensibilisée au gaspillage alimentaire, Natacha a présenté « un grenadin de veau en écaille d’andouille de Vire avec une déclinaison de pommes, pommes de terre, carottes et champignons. Les seules choses que je n’ai pas utilisées sont les restes qui ne sont pas passés dans la sauce. Même les pépins de pommes, je les ai utilisés pour la sauce. Les produits ont encore plein de saveurs à donner avant de les jeter, ce sont juste des habitudes à prendre », souligne Natacha Morin, dont la cuisine se révèle être un véritable acte militant pour la défense d’une production respectueuse de l’environnement et d’une consommation responsable.

« Un appel aux Virois »

Sa plus grande difficulté a été… de trouver de l’andouille de Vire Bio !

« Je lance un appel aux Virois », sourit la jeune femme. « Le seul fournisseur d’andouille de Vire bio est… en Bretagne ! »

La jeune chef a dû utiliser de l’andouille de Guéméné, ce qui du coup ne correspondait pas à la photo envoyée dans le dossier de sélection. Natacha se dit toutefois « contente » de sa 2e place mais surtout « d’avoir pu montrer qu’on peut limiter les déchets. Mais je ne fais pas ça pour faire joli sur le papier, je l’applique dans ma vie personnelle aussi. »

Cerise sur le gâteau

Natacha Morin fait partie de l’Équipage des cuisiniers de la mer, qui réunit les participants au Concours Olivier Roellinger. Il propose des démonstrations culinaires lors d’événements ainsi que dans les écoles afin de sensibiliser les consommateurs : « L’objectif est de promouvoir les poissons durables, dont l’espèce n’est pas en danger, d’apprendre à consommer des petits poissons. Dans les écoles, nous essayons de faire prendre conscience aux enfants qu’il existe d’autres poissons que le saumon, le colin et le poisson pané », explique Natacha, qui aime tout particulièrement travailler le poisson et les légumes. Et la pâtisserie bien qu’elle rencontre souvent un « léger » problème : « Je pars dans l’idée de faire un simple gâteau au chocolat et ça part toujours trop loin », plaisante la jeune femme. « Ça dure 3 h » !

Une philosophie

Née à Vire, elle habite Estry jusqu’à son départ pour le lycée hôtelier de Granville où elle obtient son Baccalauréat professionnel restauration option cuisine avant d’intégrer le lycée hôtelier de Dinard (Ille-et-Vilaine) et d’y obtenir un BTS. Elle part ensuite à l’ISTHIA de Toulouse pour une Licence professionnelle. Diplômée depuis septembre dernier, elle a signé un CDI fin mai au Comptoir des Voyageurs à Locronan (Finistère) où elle exerce en tant que second de cuisine :

« Nous utilisons les carcasses de poissons pour en faire un fumet par exemple, les épluchures de légumes peuvent se transformer en chips, bouillons, soupes, purées, etc. Je n’aime pas gaspiller les ressources. »

Normande et fière de l’être !

Si ses nombreux stages l’ont fait voyager un peu partout aux quatre coins de l’hexagone, elle reste toutefois très attachée à ses racines : « C’est la Normandie où j’ai grandi, c’est la Normandie qui m’a vu grandir. La cuisine normande est une cuisine gourmande avec de bons produits ! » Alors n’allez surtout pas lui dire que la crème fraîche peut être allégée au risque qu’elle commence à vous parler… en Normand ! « Je parle Normand, mais seulement quand je m’énerve ! », sourit-elle. Elle revient régulièrement dans le Bocage, y voir sa famille.

 

Source : https://actu.fr/normandie/vire-normandie_14762/normandie-cuisiner-acte-militant_6394561.html